La Fed remonte ses taux, première hausse depuis 10 ans

Rédigé par pierre - - aucun commentaire
timnooteboom 1235638.tb

Sans surprise, la Réserve fédérale américaine a relevé son taux directeur de 25 points de base à 0,25 %-0,50 %. Une décision historique car il s'agit de la première hausse depuis 10 ans. Quelles conséquences pour les ménages américains ? La hausse des taux de la Réserve fédérale américaine est une bonne nouvelle pour les épargnants : elle va doper leurs rendements, réduits à quasi néant depuis la crise financière. Mais avant d’être des épargnants, les Américains sont surtout des emprunteurs. La hausse des taux constitue une mauvaise nouvelle de ce point de vue-là. L’Histoire a d’ailleurs montré que, lorsque la Fed augmentait ses taux directeurs, les banques ­augmentaient le coût des crédits bien plus qu’elles ne relevaient les intérêts payés aux épargnants. Ceux-ci ont tendance à augmenter de 0,25 point pendant l’année qui suit la décision de la Fed.

Le coût des emprunts augmente deux fois plus (0,5 point) sur la même période. Les Américains ont beau avoir réduit leur dépendance au crédit, ils accumulent près de 12.000 milliards de dette, soit 25 % de plus qu’il y a dix ans. Ils consacrent moins de 10 % de leur revenu disponible à la rembourser, un niveau historiquement faible. Le renchérissement du crédit va changer la donne, et entraîner une baisse de leur pouvoir d’achat. Les constructeurs d’automobiles, qui ont réalisé des ventes exceptionnelles cette année, risquant d’en pâtir l’an prochain.

Quel impact sur le dollar ?

Le dollar a rendez-vous avec l’histoire, la première hausse des taux depuis la pire crise financière que les Etats-Unis ait connue depuis 1929. Les positions spéculatives à l’achat sur le dollar ont augmenté et sont très fortes, les marchés anticipant un resserrement monétaire de la Réserve fédérale. Seulement, « l’histoire enseigne que le dollar se replie dans les mois qui suivent la première hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale, quoi que fassent les autres banques centrales », rappelle David Bloom, responsable de la stratégie sur les devises chez HSBC. Lors des cinq derniers cycles de resserrement outre-Atlantique, de la première à la dernière hausse des taux, le billet vert s’est apprécié en moyenne de 5 %, une progression finalement modeste. Les prises de profit plus ou moins massives sur la première monnaie mondiale génèrent souvent des turbulences. Le comportement du billet vert dépend aussi de la communication de la Fed autour de sa décision, et tout manque de clarté est souvent sanctionné par les marchés sous la forme d’un regain de volatilité, notamment pour les monnaies émergentes.


Lire la suite sur : Les echos
Classé dans : Economie - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot swrew ?